AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hunger Games ~ Peeta



Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 11:08
Ma fic est tirée d'un livre " The Hunger Games" de Suzanne Collins.

Voici le résumé du livre :
Peeta et Katniss sont tirés au sort pour participer aux Hunger Games. La règle est simple : 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras…
Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène : survivre, à tout prix.
Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. À seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature...

Un livre que je vous conseil de livre. Il est génial ! Les personnages sont attachants ( Et la série comporte 3 tomes) M'enfin j'suis pas là pour vendre le livre xD
Dans le livre de Suzanne Collins, on suit Katniss tout au long de l'histoire. Ma fic' sera vue des yeux de Peeta.



Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 11:27
Chapitre 1


Quand je me réveil, le soleil n’est pas encore levé, je pousse un long et bruyant soupir : même le jour de la moisson je dois me lever aux aurores pour aider mon père à la boulangerie, quelle corvée... Je me lève, j’enfile un pantalon, un tee shirt et un tablier plein de farine. Je descends l’escalier qui mène à la petit boutique. J’aperçois alors mes frères, qui me taquinent dès mon arrivée :


- Alors Peeta, prêt pour entrer dans l’arène cette année ?
- Tu t’es tellement entrainé... Je suis sûr que tu seras le vainqueur !
- Haha, très drôle bande de groosling. Je rétorque d’un ton neutre.

Mes frères sont maintenant trop âgés pour avoir le malheur de participer aux Hunger Games. Chaque année, une fille et un garçon de tous les districts sont désignés pour aller s’entre-tuer dans une arène, ils ont toutes sortes d’armes et se massacrent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul tribut. C’est un spectacle horrible que nous sommes obligés de regarder. Ici, au district 12, nous avons un vainqueur, et quel vainqueur ! Haymitch ! Un vieil ivrogne qui ne se montre que le jour de la moisson - uniquement parce qu’il en a l’obligation - et qui, durant tout les jeux est le mentor des deux tributs de notre district. Je plains vraiment les pauvres tributs qui doivent se plier aux règles de ce mentor, et je plains encore plus les tributs de cette année car chaque année, Haymitch est de plus en plus saoul quand il monte sur l’estrade.

- Alors ! Tu viens m’aider ?! Me demande mon père d’un ton agacé.
- Oui, j’arrive papa.
- Je sais que tu aurais préféré dormir encore un peu un jour comme celui-ci mais, j’ai vraiment besoin de ton aide. Et puis ce n’est pas comme si tu avais une change d’être tiré au sors. Raille mon père.


Il a sûrement raison, j’ai une infime "chance" d’être tiré au sors par Effie Trinket, la présentatrice des jeux. Mon nom n’est dans l’urne qu’une dizaine de fois étant donné que je n’ai jamais eu à prendre de tesserae comme la plupart des enfants pauvres. Si je me souviens bien, un certain Gale Hawthorne à aujourd’hui plus de 40 papiers avec son nom écrit dessus, je m’en souviens parce que c’est un record dans notre district. Ce pauvre garçon a perdu son père dans une explosion à la mine il y a quelques années de cela, nous étions encore petits mais, il a dut prendre en charge sa famille, en prenant chaque mois un tesserae...

- Mais t’es sourd où quoi ? Raaah c’est pas possible un garçon aussi rêveur ! Faut tout faire sois-même ici.Gronde mon père en allant ouvrir la port de la boulangerie.

Il revient avec un écureuil mort - il adore ça... C’est dégoutant !- il le dépose sur le plan de travail juste à côté de moi et prend le pain que j’ai dans les mains pour le donner à la personne qui vient de lui apporter son précieux petit déjeuner qu’il mangera plus tard dans la matinée loin du nez et des yeux de ma mère.

- Merci, et bonne chance... dit mon père d’un air triste.
- Oui, merci M. Mellark. Répond une voix que je connais mais à laquelle je n’arrive pas mettre un nom ni de visage dessus.


La porte claque et mon père revient près de moi, il à l’air plus vieux... Moins enjoué que d’habitude, le jour de la moisson nous rend tous un peu plus sombre que d’ordinaire.
Je travail jusqu’à onze heures, je pétris la patte, je fais le glaçage des gâteaux qui vont être exposés en vitrine toute la semaine puis, ma mère arrive.


- Qu’est-ce que tu fais encore là bon à rien ! Dépêches toi d’aller te laver et t’habiller !


Comme d’habitude j’obéis sans répondre. Elle me déteste depuis toujours... Peut être parce que je ne suis une fille... Elle rêve d’en avoir une, manque de chance elle à héritée de trois garçons - et elle nous le fait regretter tous les jours. C’est vraiment une femme détestable, je crois bien qu’elle terrorise tous les habitants du district ! Je me demande bien pourquoi mon père l’a épousée !

Je remonte dans ma chambre, les vêtements de la moisson sont posés sur une chaise, devant la fenêtre. Je les prends et m’habille, je tourne la tête vers la fenêtre et, comme à chaque fois, mon regard se perds au-delà du grillage qui nous tient à distance de la forêt, pour se poser sur les arbres et les collines, j’arrive presque à sentir l’odeur des fleurs sauvages qui y poussent. Comme j’aimerais passer de l’autre côté de ce maudit grillage, pour m’enfuir loin et ne plus jamais revenir... Si seulement j’en avait le courage...


Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 11:38
Bon début ! Je connais de nom le livre. Bonne continuation !


Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 11:52
Merciiiiiiiii ^^
Le livre est vraiment execptionel ^^ faut vraiment le lire !! Il est tellement bien qu'on en devient accro' xD \o/


Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 12:32
Chapitre 2

- Aller, dépêches toi sombre idiot ! On a pas toute la journée !
- O...Oui, excuses moi, maman...

Elle me hurle dessus pour une bonne raison cette fois : nous allons être en retard pour la cérémonie d’ouverture des soixante-quatorzième Hunger Games.
Je trottine donc pour rejoindre mes parents et me place du côté de mon père pour ne pas recevoir une gifle de la part de ma mère. Même en public, elle est capable de nous frapper. Mes frères sont restaient à la boulangerie, ils m’ont gratifiés d’une brève accolade pour me souhaiter bonne chance, de toute façon, je les reverraient ce soir.
Nous arrivons enfin devant la place de la mairie qui est déjà noire de monde. Ma mère me pousse brutalement vers un groupe de jeunes garçons. J’ai compris, moins elle voit mieux elle se porte c’est ça ?!... J’ai un mal fou à regagner la zone des garçons de mon âge, lorsque j’y parviens, le maire fini son discours d’ouverture – le même que chaque année- sur l’histoire de Panem. Eh bah voilà ! Au moins un bon côté à mon retard !
Avant de céder sa place à Effie Trinket qui arbore aujourd’hui une perruque rose - qui lui irait bien mieux si elle n’avait tendance à pencher très légèrement sur le côté-, le maire énumère la liste des vainqueurs de notre district qui ne comporte que deux noms, celui d’un vainqueur maintenant mort et celui de ce cher Haymitch. Celui-ci apparaît au même moment, saoul, il se dirige vers Effie pour l’enlacer, faisant glisser la perruque de cette dernière un peu plus encore. Bien entendu tout ce spectacle ridicule est retransmit à la télé et une fois de plus le district 12 va être la risée des Hunger Games. Effie, enfin débarrassée d’Haymitch, nous souhaite de :

- Joyeux Hunger Games et que puisse le sort vous être favorable.

Tu parles comme si ce jour pouvait être joyeux pour les deux familles à qui les enfants seront bientôt enlevés et jetés dans l’arène pour s’entre-tuer...
Puis de sa bonne humeur légendaire, Effie s’approche d’une urne en verre et ajoute :

- Les dames d’abord !

Et elle plonge sa main dans l’immense urne qui contient des centaines de noms. Sur la place bourdonnante tout à l’heure, plus personne ne parle, il n’y a plus aucun bruit, seuls les oiseaux derrières le grillage gazouillent. Tout le monde retient son souffle et les familles prient pour que ce ne soit pas une de leur fille, puis Effie annonce d’une voix enjouée :

- Primerose Everdeen.

Everdeen, je connais ce nom là ! A peine ai-je formulé cette pensée qu’une enfant, qui paraît avoir à peine10 ans monte les marches, le visage complétement décomposé.

- Prim ! PRIM ! Hurle une voix.

Tout le monde se retourne et s’écarte pour laisser la fille aux hurlements hystériques passer, je découvre alors qu’il s’agit de Katniss Everdeen, la sœur de Primerose, la fille dont je suis amoureux depuis toujours. Elle n’a pas besoin de se frayer un passage jusqu’à l’estrade, au fur et à mesure qu’elle avance, tout le monde s’écarte. Elle est trop loin pour que j’entende ce qu’elle dit – elle ne hurle plus- mais j’en déduis qu’elle se porte volontaire pour ça petite sœur car Gale Hawthorne a Primerose dans les bras et la traine de force vers leur mère. Je ne peux m’empêcher de soupirer lorsqu’elle gravie les quelques marches qui la sépare encore du sommet de l’estrade. Elle n’aurait pas dut faire ça. Je ne supporterais pas de la voir mourir alors que je serais chez moi, devant mon écran. Je pense sérieusement à aller la voir lors des derniers adieux pour lui déclarer ma flamme avant qu’elle ne quitte le district pour toujours...

- Bravo ! C’est ça l’esprit des jeux ! Comment t’appelles-tu ? Lance Effie joyeusement.
- Katniss Everdeen. Répond l’intéressée d’un ton neutre qui me surprend.

Puis, Effie demande à tout le monde de l’applaudir pour son acte. Personne ne bouge, le silence est presque pesant puis petit à petit les gens mettent les trois doigts de leur main gauche sur leurs lèvres. Dans notre district c’est un signe de respect. Katniss Everdeen est maintenant quelqu’un d’important. Elle a le visage fermé, neutre, impassible, elle est magnifique ! Je détache mon regard de la nouvelle tribut du district 12 quand Haymitch tombe de l’estrade. Tout le monde rigole, c’est sûr cette année le district sera la risée de tout Panem, même le coup héroïque que vient de faire Katniss ne pourra pas relever le niveau... Très vite l’hilarité retombe, il faut qu’Effie tire au sors le tribut mâle.
Visiblement agacée par Haymitch qui lui vole la vedette, elle plonge sa main dans l’urne qui contient le nom des garçons, elle prend le papier le plus proche pour en finir au plus vite et lit :

- Peeta Mellark.


Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 15:35
Chapitre 3

Q...Quoi ?!! C’est mon nom qu’elle vient de prononcer ?!! Sans trop savoir comment je me retrouve au bas des marches de l’estrade. Je regarde mon visage sur l’écran géant, j’ai l’air perdu, je donne une piètre image de moi.... Bien pire que la petite Primerose. J’arrive sur l’estrade, je ne me sens pas très bien, je ne suis plus ce qui se passe autour de moi.
- ...Volontaire ?

Je n’entends que ce mot, puis le silence autour de nous. Personne ne se porte jamais volontaire pour les autres, c’est du suicide ! Ce qu’a fait Katniss pour sa sœur reste exceptionnel, c’est là première fois de ma vie que je vois quelqu’un se porter pour volontaire pour une autre personne. Même mes propres frères ne se serraient pas portaient volontaires pour moi s’ils avaient été en âge de le faire. Le maire entame sa lecture du Traité de la trahisons, comme chaque année, mais je suis bien trop absorbé par l’écran géant sur lequel je vois les deux nouveaux tributs du district 12 : Elle, les cheveux noirs ses yeux gris et sa taille fine et athlétique, droite, ferme, impassible dans sa robe bleue qui lui va à la perfection. Lui, blond, les yeux bleus et robuste, dépité, abattue et parfaitement ridicule à côte de la splendide Katniss Everdeen, forte et respectée par le district entier. Je n’écoute pas un mot de ce que raconte le maire tellement les images sur l’écran me captives, elle à l’air songeuse... Non, rêveuse. A quoi peut elle bien penser ?! Le discours du maire s’achève enfin et il nous invite à nous serrer la main. Sans aucune hésitation je tends la main droite en direction de Katniss, elle fait de même. Nos mains se touchent, c’est la première fois que nous avons un contact physique, je suis nerveux et sans le vouloir je lui serre la main un peu plus fort que je ne l’aurais voulu, pourvut qu’elle n’ait rien remarqué... Nos mains retombes, trop vite à mon goût, le lien est rompu. C’est la première et sûrement la dernière fois que je touche la seule fille que j’ai jamais aimé.
On nous conduit devant l’hôtel de justice, c’est dans l’une de ses nombreuses pièces que nous pourront dire adieu à nos proches. On me place dans une pièce luxueuse, un épais tapis recouvre le sol et un petit canapé en velours meuble la pièce. C’est la première fois de ma vie que je vois autant le luxe, il paraît qu’au Capitol, tout est luxe... Je me demande ce que ça doit donner... Je n’ai pas le temps de m’assoir sur le petit canapé que Gale Hawthorne entre en trombe. Je le dévisage, qu’est-ce qu’il vient faire ici ? J’ai toujours crus que c’était les proches qui venaient faire leurs adieux, j’avais tore.

- Écoute Peeta, je vais être franc avec toi. Je préfère te prévenir d’entrée de jeu, si tu fais du mal à Katniss et tu sors de l’arène vainqueur.... Tu ne resteras pas vainqueur bien longtemps ! Me dit il d’un ton menaçant.
- Je n’ai jamais eu l’intention de faire quoique de ce soit à Katniss. Je lui réponds d’un ton aussi posé que je le peux.
- Très bien ! Dans ce cas, je n’ai plus qu’à te souhaiter bonne chance.

Je n’ai même pas le temps de lui répondre que la porte claque dans mon dos. J’attends quelques secondes avant de m’assoir sur le canapé. Il est confortable et doux, je patiente un instant qui me paraît être une éternité. Quand la porte s’ouvre enfin, j’aperçois ma mère. Elle parle à quelqu’un dehors, mais je ne sais pas qui c’est, sûrement un des soldats posté devant – elle est sûrement en train de l’engueuler le pauvre homme...- elle entre enfin et vient poser son énorme postérieur sur le canapé qui, à côté d’elle semble vraiment chétif. Elle à l’air furieuse et je n’ai pas besoin de lui demander la cause car, à peine assise, sa voix tonne :

- Tu n’es vraiment qu’un imbécile, un bon à rien ! Mais qu’est-ce qui m’a fichu un idiot pareil ! Tu ne pouvais pas faire pire ! Alors là, bravo, devenir le tribut mâle du district ! Elle se lève et fait des vas-et-viens à travers la pièce. Non mais vraiment comment tu t’es débrouillé ?! Tu penses un peu à la boutique ? Non, bien sûr que non !! Monsieur n’en à rien à faire de sa pauvre mère !

J’ai envie de lui répondre que ce qu’elle dit -ce qu’elle hurle plutôt- est complétement injuste, que je n’y suis pour rien ! Qu’elle pourrait se soucier de comment j’encaisse le choc plutôt que se préoccuper de sa personne ! J’ai envie de lui hurlait qu’elle a toujours été une mauvaise mère, qu’elle ne mérite rien de ce qu’elle a ! Que je suis bien content d’aller me faire tuer dans l’arène pour ne plus jamais la revoir ! Et surtout que si j’en avais eu le courage avant, je serais partie ! Loin d’elle...
Mais je n’en fais rien, toute cette rage qui s’accumule en moi me fait monter les larmes aux yeux. Elle le remarque...

- Et voilà qu’il va se mettre à pleurer maintenant, c’est pas possible ! Je suis sûre que cette fille, l’autre tribut, elle, ne pleure pas ! Elle est forte et dure pas comme toi ! Peut être que le district 12 va enfin avoir un vainqueur. Elle me regarde en disant ça. C’est une survivante... ajoute-t-elle plus bas.

Puis sans même me regarder, elle quitte la pièce. J’ai envie de l’étrangler ! D’ouvrir la porte et de lui courir après pour l’étrangler....
La porte s’ouvre timidement, je sursaute.

- Delly ?! Qu’est-ce que tu viens faire ici ?

Delly est une amie qui m’ait très chère. Elle a toujours été gentille et adorable avec tout le monde, la voir ici me fait énormément plaisir et me réconforte.

- Enfin, Peeta ! Je suis venue te dire au revoir et te souhaiter bonne chance ! Me répond-elle d’un ton presque outré.

Elle vient s’assoir près de moi et me prend la main.

- Alors... Comment tu te sens ? Tu tiens le choc ? Ça va aller ?

J’aimerais lui dire que je me sens mal, tellement mal... Que je ne comprends toujours pas pourquoi je suis là et que j’ai peur de ce qui va se passer... Mais je lui réponds avec un sourire :

- Je vais bien ne t’inquiètes pas, je supportes comme je peux mais ça va aller, ne t’en fais pas.

Puis, nous nous remémorons des souvenirs d’enfances, les bêtises que nous avons faites avec les autres enfants du district. Quelques fois ils y a de longs blancs, chacun de nous se rappel sans doute ses propres souvenirs... Un soldat passe la tête a travers la porte et nous demande de conclure en vitesse. Je n’ai pas vus le temps passer avec Delly. Elle me lâche la main, et me regarde avec un regard plein de tristesse puis la porte se referme sur elle. Sans que je puisse les retenir, de grosse larmes coulent sur mes joues. Je les essuies d’un revers de main. Je dois avoir les yeux gonflés et rouges... Les caméras seront de nouveau braquées sur nous à notre arrivées à la gare et je paraitrais encore plus ridicule qu’a l’annonce de mon nom...

- Aller dépêches toi ! Me dit sèchement le garde

Visiblement aujourd’hui, j’agace tout le monde. Je me dépêche donc de sortir de la pièce. Deux gardes m’attendent, ils vont m’escorter jusqu’à la gare et je quitterais le district 12 pour toujours
.


Invité

Invité



Mar 2 Aoû - 15:39
Chapitre 4


J’arrive sur le quai de la gare, toujours escorté de mes gardes. Je regarde autour de moi et bien entendu, les caméras sont là. Je baisse la tête pour qu’on ne voit pas mes yeux mais quand je reconnais les jambes de Katniss - je sais que ce sont les siennes, j’ai passé tellement de temps à la regarder en douce... Je connais sa silhouette par cœur.- je relève la tête. Ma mère avait raison, elle n’a pas pleuré. Je n’arrive pas poser mon regard ailleurs que sur elle, c’est fou comme elle est belle dans sa robe bleue ! Elle se tourne face à moi et j’aperçois alors quelque chose qu’elle n’avait pas avant : une broche dorée. Elle est trop loin et trop petite pour que je puisse la voir en détailles mais, il me semble qu’elle représente un oiseau, rattaché à un anneau par les ailes, il a quelque chose dans le bec, je ne sais pas ce que c’est... Un bâton je crois. Je détourne rapidement le regarde pour que Katniss ne me surprenne pas en train de la fixer et vois mon visage dans l’écran géant, on voit bien que j’ai pleuré... Puis soudain je me dis : Paraitre faible peut être à mon avantage, je me souviens il y a quelques années de ça Johanna Manson, avait faire croire à tout le monde que c’était une fille un peu nunuche et inoffensive. Tout les tributs se sont entre-tués, la laissant tranquille parce qu’ils croyaient – et on les croyait tous- qu’elle ne serait pas bien difficile à tuer. Hors elle s’est révélait être une tueuse sans pitié ! Elle à gagné les jeux grâce à cette technique. Je pourrais peut être en faire autant. Jouer le pauvre garçon gentil, perdu et apeuré me laissera peut être une chance de rester en vie. Oui, c’est ce que je vais faire ! Je ne veut pas être le premier à mourir ! Et je ne le serais pas ! Maintenant je suis déterminé à aller le plus loin possible dans l’arène et pourquoi pas, gagner les jeux ! C’est peut être un peu prétentieux de ma part mais, je me sens beaucoup mieux grâce à cette pensée et je ferais tout pour la réaliser !
Nous devons attendre quelques minutes avant de monter dans le train, les caméras sont braquées sur nous et à présent je montre à tous que j’ai pleuré. Ce soir, quand les autres tribut me verront, ils ne se soucieront plus que des tributs de carrière et peut être même qu’ils oublieront mon nom, mon visage et mon district. Enfin, j’espère...
Nous montons enfin à bord du train, il démarre aussitôt. Je suis saisis par la vitesse ! Je n’ai jamais pris le train, forcément, il est interdit aux habitants des différents districts de se déplacer. Je regarde Katniss, elle à l’air d’avoir le souffle coupé par la vitesse. Il paraît qu’a bord de ces trains, le voyage jusqu’au Capitol prend moins d’une journée.
Je m’habitue doucement à la vitesse et regarde autour de moi. Le train des tributs est encore plus luxueux que les pièces du Palais de Justice. J’avance à travers les wagons et découvre que nous avons une chambre chacun. J’entre dans la mienne... Elle est somptueuse ! Il y a un lit immense, un dressing et une salle de bain. Tout ça pour moi, et moi seul ! C’est extraordinaire !
Je ferme la porte de la chambre, mais à peine ai-je lâché la poignée qu’Effie entre :

- Tout est à ta disposition ! Serres-toi, fais comme chez toi ! Le repas est survie dans une heure. Ne sois pas en retard. Elle me dit d’un air joyeux. Avec son accent, elle chantonne presque.

Je sourie et hoche la tête. Elle referme la porte doucement en partant, ça me change de chez moi où les portes claques sans arrêts. Me voilà enfin seul, je me vautre sur le lit et repense à tout les évènements qui se sont produits depuis que je me suis levé :

Ma mère me déteste, un peu plus encore. - je sourie-
J’étais persuadé de revoir mes frères et de rentrer à la maison : je me suis trompé.
Je me retrouve tribut des Hunger Games avec la fille de mes rêves. La pire chose qui puisse m’arriver.
Je plaignais les pauvres tributs qui aurait pour mentor Haymitch. Oui décidément ce n’est vraiment pas mon jour...

Je me lève et me dirige vers la douche, j’ai besoin je me détendre un peu. Et d’oublier toute cette journée.
Je reste une éternité sous la douche et quand j’en sors je me sens beaucoup mieux ! J’ai presque oublié la moisson, les pleurs et les caméras.
Je me sèche et, la serviette autour de la taille, je me dirige vers le dressing. Je n’ai jamais vu autant de vêtements ! Il y en à tellement que je ne sais pas quoi choisir. Après un long moment d’hésitation j’opte pour un pantalon marron/beige et une chemise à manches courtes bleue turquoise. C’est la première fois que j’ai des vêtements neufs sur moi, d’habitude j’hérite des vieilles tenues de mes frères, un peu comme dans mon livre préféré "Harry Potter à l’école des sorciers", - c’est un des rares livres qui ait survécus... Je l’ai emprunté à la bibliothèque de l’école une douzaine de fois au moins.- Ronald Weasley vit dans une famille nombreuse et hérite chaque année des vêtements de ses frères – qui les ont eux hérités de leur frère-.
Je n’ai pas l’heure sur moi mais je commence à avoir faim. Je sors alors sur le pallier et découvre Effie :

- Ah ! s’exclame-t-elle. Très bien, au moins un de ponctuel ! Je t’en pris le repas va être servit vas t’installer. Elle me dit ça avec douceur.

C’est étrange elle ne paraît plus surexcitée et je crois qu’elle même bien. Au moins une... Je me dirige donc vers le wagon, salle à manger. Je n’ai pas encore franchis la porte qu’une odeur exquise parvient jusqu’à mes narines. Je me mets à table et attends les autres convives.

- Où est Haymitch ?! Demande Effie derrière moi.
- La dernière fois que je l’ai vus, il à dit qu’il allait faire une sieste. Je lui répond sans me retourner.
- Eh bien, ça a été une journée épuisante. Elle répond d’un ton las.

Puis, elle prend place. Katniss était derrière elle, je ne l’avais encore remarquée. Elle s’est aussi changée, elle porte un ensemble vert foncé, et a accroché sa broche à son tee-shirt. Elle est encore plus belle que tout à l’heure, dans cette tenue, elle à l’air naturelle et plus détendue.
Le repas commence par un soupe de carotte, ensuite, un salade verte nous est servie puis des côtelettes d’agneau et de la purée de pomme de terre et pour finir, du fromage, des fruits et un gâteau au chocolat.
Au milieu du repas, Effie nous complimente sur notre façon de nous tenir à table, elle nous dit que les tributs précédents mangeaient comme de vrai sauvages. Cette remarque me déplait, elle ne sait pas que dans le district 12, des familles meurent de faim... Je comprends qu’ils aient put dévorer tout ce qu’ils voyaient, quand on est affamés les bonnes manières passent après. Visiblement, Katniss est encore plus contrariée par le commentaire d’Effie car elle finie son repas en mangeant avec les doigts et en s’essuyant les mains sur la nappe.
C’est bien elle ça, impulsive et irréfléchie. Elle réagit au quart de tour. Je me demande bien comment se dérouleront les discutions avec Haymitch... Peut être essayera-t-elle de le tuer ! Haha ça serait drôle.
A la fin du repas j’ai envie de vomir; je me suis goinfré comme un porc. Mais les bons repas sont tellement rare chez nous, je n’ai pas put me retenir. Je crois comprendre que Katniss est dans le même état que moi, elle est toute blanche et à l’air plutôt mal en point. Puis Effie nous dit que notre mentor a beaucoup à apprendre en se qui concerne la présentation et son comportement à la télévision.

- Il était ivre. Je réponds à Effie. Il est ivre chaque année...
- Chaque jour. Ajoute Katniss.

Je me mord les lèvres pour ne pas exploser de rire, elle à raison. Mais Effie nous réprimande et nous dit qu’il est notre seule chance de survie dans l’arène... Elle aussi elle à raison. Sans qu’on s’y attendes, Haymitch fait sont entrée :

- J’ai raté le souper ? Demande-t-il.

Puis, il vomit sur le tapis et s’écroule dedans.


Invité

Invité



Mer 24 Aoû - 2:07
j'aime bien ( j'ai surtout adorer le livre je l'ai finis en une journée tellement je l'ai aimée !)


Invité

Invité



Jeu 8 Sep - 16:24
Haaaaaan' enfin quelqu'un qui connais le liiiiiiivre <3 Merci ^^
Oui le livre est exellent je l'ai aussi fini en une journée ^^

Peeeeetaaaaaa <3


Contenu sponsorisé




 

Hunger Games ~ Peeta

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Test :: TEST - FORUM 1 :: Vos textes-